Docteur en urbanisme et aménagement de l’espace.

TEDxLaBaule Orateur Georges-Henry Laffont

Trois mots pour vous définir ?

Curieux, caustique, empathique.

Je suis un chercheur indiscipliné, j’ai une formation dans le domaine des sciences humaines mais j’aime aller braconner du côté des autres disciplines.

Pourquoi avoir accepté le défi d’intervenir lors du TEDx La Baule ?

C’est le côté « challenge » qui m’intéresse. Il me faudra être concis, efficace et audible c’est-à-dire faire en sorte que le message soit effectivement partagé. Ce défi me permet de sortir de ma zone de confort car il me faut raconter en 18 minutes ce que je fais habituellement en une heure.

Je souhaite faire passer mon message et susciter des envies, expliquer comment je vois les choses et surtout communiquer de manière à me faire comprendre. Il s’agit de poser le cadre rapidement, de tenir avec des exemples très forts. Il doit y avoir une progression dans la réflexion, très structurée et très construite. J’avoue que je suis attiré également par le côté « acteur sans filet ».

Qu’entend-t-on, d’après vous, derrière le terme « connaissance » ?

Ce n’est surtout pas la production d’une expertise. Est-ce mon côté indiscipliné qui me fait dire cela ? Il s’agit de construire une vision partagée plutôt nourrie par la controverse et le dialogue. Avec mon appareillage, avec mon histoire, voilà le message que je délivre. Même la connaissance la plus scientifique commence avec quelque chose de l’ordre de l’affect et c’est cet affect que l’on rend plus construit.

La transmission implique une capacité à s’interroger, être curieux, critiquer ses positionnements, ne jamais rien prendre comme acquis.

Enfin, je suis persuadé que la transmission de la connaissance doit participer à l’action. Elle doit être utile. Il ne s’agit pas juste de savoir pour savoir. Mais de transmettre pour agir.

Recueilli par Sabrina Rouillé.